Un pharmacien d'officine c'est quoi?

 

Pharmacien (titulaire) d'officine 

Métier

  • Assure la dispensation et le bon usage du médicament à usage humain et vétérinaire ;
  • S’assure de la bonne compréhension du traitement par le patient ;
  • Propose au patient un suivi pharmaceutique (Dossier Pharmaceutique) ;
  • Contribue avec les autres professionnels de santé à un accompagnement personnalisé du patient (éducation thérapeutique, etc.) ;
  • Réalise des adaptations galéniques ou des préparations magistrales et officinales ;
  • Répond aux attentes du public en matière de santé : disponible sans rendez vous, il joue un rôle majeur dans les soins de premier recours (conseil pharmaceutique et/ou orientation vers d’autres professionnels de santé si nécessaire) ;
  • Participe aux actions de santé publique, de prévention et de dépistage ;
  • Contribue aux dispositifs de sécurité sanitaire (pharmacovigilance, matériovigilance, alertes sanitaires, retraits de lots…) ;
  • Coopère avec les autres professionnels de santé au sein des réseaux de santé, des établissements pour personnes âgées, etc. ;
  • Contribue à la continuité de l’accès au médicament 7 jours sur 7, 24 heures sur 24 ;
  • Garantit en toute circonstance un bon accès au médicament en gérant les achats, les stocks et la bonne conservation des médicaments ;
  • Gère et manage l’officine et son équipe (pharmaciens adjoints, préparateurs, étudiants, secrétaires...) ;
  • En qualité de maître de stage, encadre et forme les stagiaires étudiants en pharmacie.

Domaine / Lieu d'exercice

 

Exercice libéral, seul ou en association Officine Autres Pharmacie mutualiste, pharmacie des caisses régionales de la sécurité sociale dans les mines

Qualités requises

 

Rigueur, disponibilité, sens du relationnel et du travail en équipe, sens de l’écoute et de la décision, esprit entrepreneurial

Compétences à développer

 

Assurance qualité, communication, droit de la santé, gestion, informatique, management, marketing/commerce, pharmacologie, physiopathologie, santé publique, secourisme, vigilance sanitaire

Formation

 

Obligatoire Diplôme d'Etat de docteur en pharmacie Formations complémentaires optionnelles Du petit appareillage en orthopédie, nutrition et diététique, homéopathie, phytothérapie, aromathérapie, maintien et soins à domicile, pharmacie clinique, urgence et premiers secours…

Langues

 

Langue étrangère utile en fonction de la situation géographique

Relations professionnelles

 
  • Patients
  • Relation avec de nombreux professionnels de santé dans le cadre de l’exercice quotidien ou de réseaux de santé

Mobilité professionnelle

 

Possibilité d’installation dans l’Union européenne et en Suisse.

Rémunération

 

Revenu variable selon l’activité de l’officine et les circonstances d’exercice

Inscription à l'Ordre

 

France métropolitaine Section A Section D si pharmacien gérant d’une pharmacie de caisse régionale de la sécurité sociale dans les mines ou d’une pharmacie mutualiste Outre-mer Section E

Effectifs

 

France métropolitaine + Outre-mer Pharmaciens titulaires d’officine : 27 594 pour 22691 pharmacies France métropolitaine Pharmaciens gérants mutualistes : 59 Pharmaciens gérants à la caisse autonome nationale de la sécurité sociale dans les mines : 58

Source : Panorama au 1er janvier 2013 – Ordre national des pharmaciens

Date de mise à jour : 07/10/2013

 

Commentaires (2)

1. pharmaciedumail (site web) 16/06/2014

Chère internaute, merci d'avoir signalé cet oubli qui vient d'être corrigé. En effet la Suisse reconnaît les diplômes donnant accès aux professions médicales universitaires qui sont délivrés par les Etats avec lesquels elle a conclu un accord de reconnaissance réciproque. Tel est le cas pour les diplômes décernés dans l'UE ou l'AELE.

Selon la loi fédérale du 23 juin 2006 sur les professions médicales universitaires (LPMéd), la Suisse reconnaît uniquement les diplômes délivrés dans les Etats avec lesquels elle a conclu un traité sur la reconnaissance réciproque des diplômes. Depuis juin 2002, cette réciprocité est possible avec l'Union européenne (UE) par le biais de l'accord sur la libre circulation des personnes (ALCP) et avec l'AELE. L'ALCP renvoie aux directives de l'UE dans le domaine de la reconnaissance des diplômes. La reconnaissance porte non pas sur le titre universitaire, mais sur les qualifications professionnelles et le droit d'exercer en Suisse.
En médecine humaine, dentaire et vétérinaire et en pharmacie, la reconnaissance s'effectue sur la base d'accords sectoriels (reconnaissance automatique). La directive de l'UE fixe notamment les exigences minimales à satisfaire au niveau de la formation et répertorie explicitement dans ses annexes les diplômes devant être reconnus.

2. Karine 17/05/2014

"Possibilité d’installation dans l’Union européenne" dîtes-vous.
Et la Suisse alors?

Très chouette site!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site